Grands Gestes

Quatre décennies d’abstraction suisse

16.05.2020–14.03.2021 / Commissaire : Eva Reifert

Un coup de pinceau signifiant le monde ? Cela n’est pas inhabituel dans la peinture informelle. En Suisse, cette variante de l’abstraction expressive s’est développée à partir des années 1950 à travers des influences de Paris et de New York puis s’en est démarquée au fil des décennies suivantes.

La collection du Kunstmuseum représente le large éventail de modes d’expression s’étendant des dessins sismographiques d’états d’âme de Lenz Klotz et de Maria Vieira da Silva jusqu’aux éruptions de violence colorées de Martin Disler. Indépendamment et hors du contrôle de toutes les règles de l’art, la couleur se transforme entre les mains d’artistes comme Wolf Barth, Samuel Buri, Franz Fedier et Rolf Iseli en des affirmations assurées, des signes hiératiques ou des images lyriques, parfois calligraphiques, parfois extatiques et toujours hautement subjectives.