œuvre de la collection familiale Esther Grether

Hauptbau / Commissaires : Josef Helfenstein, Eva Reifert

Le Kunstmuseum Basel a la chance de pouvoir présenter des œuvres d’une collection privée bâloise d’exception : la collection familiale Esther Grether compte à l’échelle internationale parmi les collections majeures d’œuvres allant des classiques modernes jusqu’à l’art contemporain. Pendant six mois environ, le Kunstmuseum accueille au total 19 pièces de cette collection et les intègre à ses fonds des mêmes époques.

La présentation met l’accent sur les fonds du surréalisme, mouvement qui occupe une place particulière dans la collection de la famille Grether. La collection du Kunstmuseum est ainsi complétée par des œuvres majeures comme «Cygnes se reflétant en éléphants» (1937) de Salvador Dalí, «Epiphanie» (1940) de Max Ernst et «Les derniers jours» (1944) d’Yves Tanguy. En outre, un cabinet dédié à René Magritte permet d’élargir l’horizon du surréalisme figuratif : aucune œuvre de cet artiste surréaliste belge ne figure au sein de la Öffentliche Kunstsammlung Basel. Les mystérieuses peintures réalisées par Magritte des années 1930 à 1960, dont «La belle de nuit» (1932-1933) et «L’Empire des lumières» (1948-1962), figurent aux côtés des photographies «Le violon d’Ingres» (1924) et «La Prière (1930-1970) de Man Ray.

D’autres mises en dialogue choisies entre les deux collections voient le jour par la présence d’une nature morte de Paul Cézanne au premier étage, une peinture de František Kupka et une autre de Giacomo Balla présentées dans le contexte du cubisme et du futurisme, et par «Four Studies for a Self-Portrait» (1967), œuvre de jeunesse de Francis Bacon, qui apparaît aux côtés de l’œuvre tardive de Picasso. Deux sculptures et un tableau d’Alberto Giacometti provenant de la collection Grether trouvent également une place temporaire dans la salle Giacometti nouvellement aménagée. En 1965, la famille Grether avait largement contribué à la création de la fondation Alberto Giacometti et à ce que la Suisse dispose ainsi de ce fonds.

Le déplacement d’œuvres au sein de nombreuses salles de la section art moderne au deuxième étage du Hauptbau a donné lieu à cette invite mise au point par le directeur Josef Helfenstein, en collaboration avec Eva Reifert, conservatrice XIXe siècle et art moderne, et la collection Grether. Après l’exposition Le cosmos du cubisme. De Picasso à Léger, les œuvres cubistes ont en effet réintégré la collection, tandis que les travaux envisagés pour la prochaine grande exposition temporaire Picasso, Chagall, Jawlensky. Chefs-d’œuvre de la Collection Im Obersteg au printemps 2020 ont été retirés pour des raisons de conservation. Les œuvres de la collection Grether seront reconnaissables au sein de la présentation au Kunstmuseum grâce à un marquage spécifique.