# / #

Quatre ans

Dons et acquisitions

Neubau / 05.09.2020–21.03.2021 / Commissaire : Josef Helfenstein

Depuis 2016, année de la prise de fonction du directeur Josef Helfenstein, près d’un millier d’œuvres sont entrées au sein de la Öffentliche Kunstsammlung Basel (collection publique bâloise), dont plus de 800 dans le seul Kupferstichkabinett (cabinet des arts graphiques). Le Kunstmuseum Basel en présente une sélection dans le Neubau et donne ainsi un aperçu de son activité institutionnelle en matière de collection.

La Öffentliche Kunstsammlung Basel ne cesse de s’étoffer depuis plusieurs siècles. Des générations de responsables du musée, de donateur.trice.s et d’artistes ont contribué à son enrichissement jusqu’à aujourd’hui, pourtant le grand public ne prend conscience de ces nouveaux ajouts au sein de la collection qu’à de rares exceptions. Depuis le début du XVI e siècle, il existe à Bâle une solide tradition d’engagement philanthropique en faveur du bien commun associée à un profond intérêt pour la culture et la recherche dont la Öffentliche Kunstsammlung n’a cessé de bénéficier largement. Après la Première Guerre mondiale s’ouvre une période d’enrichissement soutenu de la collection avec l’arrivée d’œuvres d’art moderne international des XIX e et XX e siècles. Après la Seconde Guerre mondiale, des bienfaiteurs privés à l’instar de Raoul La Roche, Maja Sacher-Stehlin, Marguerite Arp- Hagenbach, Richard Doetsch-Benziger, Max Geldner ou encore Martha et Robert von Hirsch font des donations et des legs, pour certains substantiels. En outre, d’importants dons ont permis l’agrandissement du musée, comme celui de Maja Sacher-Stehlin en 1980 (ouverture du Museum für Gegenwartskunst) ainsi que celui de sa petite-fille Maja Oeri, dont la clairvoyance et la générosité ont permis au Neubau de voir le jour en 2016.

Dans l’histoire du Kunstmuseum Basel, l’ensemble des directeurs ont, malgré des moyens d’acquisitions modestes, systématiquement étoffé la collection à un haut niveau, à la fois en comblant rétrospectivement des lacunes et en intégrant des approches contemporaines au sein de la collection dans une perspective d’avenir. Les évolutions dans le champ de l’histoire de l’art et les changements sociétaux ont toujours joué un rôle dans la constitution de la collection. Aujourd’hui, l’une des missions majeures est à la fois de tenir compte des prétentions internationales grandissantes du musée et de diversifier la collection et ses canons traditionnels. Cela signifie par exemple que davantages d’œuvres d’artistes femmes majeures entrent au sein de la collection.

Un domaine ayant enregistré d’importantes acquisitions également grâce aux contributions de dons de ces quatre dernières années est l’art américain d’après-guerre. Parmi celles-ci, des ensembles d’œuvres, pour certains significatifs, de Linda Benglis, Sari Dienes, Theaster Gates, Sam Gilliam, des Guerrilla Girls, de Martha Rosler et Kara Walker. Ces artistes étaient jusqu’ici absents de l’ensemble de la collection bâloise.

Le Kunstmuseum doit nombre de ses nouvelles acquisitions à des donations. Souvent, il s’agit d’œuvres qui n’auraient jamais pu être acquises avec ses fonds propres. Plusieurs de ces nouveaux ajouts ont été rapidement intégrés à la présentation de la collection, comme l’exceptionnelle donation de sept œuvres majeures de Pablo Picasso, Paul Klee, Alberto Giacometti, Fernand Léger et Jean Dubuffet provenant de la collection Probst au travers de la fondation Christoph Merian Stiftung au printemps 2019. Ces œuvres sont présentées au deuxième étage du Hauptbau depuis juillet 2020. Des tableaux de Lucas Cranach, Caspar Wolf, Auguste Renoir et Ernst Ludwig Kirchner sont également déjà visibles dans l’accrochage de la collection.

Les fonds du Kunstmuseum ne sauraient être aussi riches sans la générosité d’artistes. Au XIX e siècle, Samuel Birmann fut le premier à affecter par voie testamentaire un fonds de ses actifs au financement d’acquisitions d’art suisse qui perdure jusqu’à aujourd’hui. Les exemples les plus célèbres de donations par des artistes sont Pablo Picasso (1967) et Jasper John (1994). Nous constatons avec joie que cette tradition s’est poursuivie également plus récemment.

Le Kupferstichkabinett a aussi bénéficié de donations ces quatre dernières années. Des personnalités ayant déjà fait preuve de générosité par le passé ont légué au Kunstmuseum des œuvres comblant en partie d’importantes lacunes. Parmi celles-ci, citons en particulier la seconde donation d’œuvres gravées de Rembrandt par Eberhard W. Kornfeld. Les 31 eaux-fortes d’une exceptionnelle qualité sont présentées dans le cadre d’une exposition resserrée dans le Hauptbau à partir d’octobre 2020. Le Kupferstichkabinett enregistre également deux nouvelles acquisitions significatives du XVI e siècle avec les dessins de Hans Weiditz le Jeune et d’Antonio Tempesta.