La recherche de provenance vise à reconstituer l’origine d’une œuvre, depuis sa création jusqu’à sa localisation actuelle. L’objectif est d’identifier les propriétaires successifs de l’œuvre et de retracer au mieux l’ensemble de son parcours.

La collection publique bâloise (Öffentliche Kunstsammlung Basel), en lien avec sa commission artistique consultative, considère que les mesures en faveur d’une gestion honnête et transparente de l’histoire des collections du musée relèvent d’un devoir moral et d’une exigence scientifique, conformément au Code de déontologie de l’ICOM. En outre, elle s’est engagée à respecter les accords de Washington adoptés par 44 états en 1998. L’adoption des principes de la Conférence de Washington suppose une participation active et attentive à l’identification d’œuvres spoliées par les nazis, respectivement de ventes forcées d'œuvres d'art réalisées sous la pression du régime national-socialiste en Allemagne et dans les territoires occupés par l’Allemagne.

À cet égard, et dans le cadre des recherches de la Commission Indépendante d’Experts Suisse – Seconde Guerre Mondiale (CIE), le fonds d’archives propre à la collection publique bâloise (jusqu’en 1960) a été classé de manière systématique et rendu accessible grâce à un outil de recherche dans les années 2000-2001. Parallèlement, les collections de peintures et de sculptures furent soumises à un premier examen compte tenu d’une potentielle suspicion de spoliation. Entre 2010 et 2013, un projet subventionné par un fonds de tiers a permis l’analyse scientifique de l’ensemble des collections de peintures et de sculptures et leur transfert dans un catalogue de collection électronique accessible au public au moyen de la collection en ligne. La documentation résultant de ce travail constitue un matériau précieux en vue de toutes futures recherches au sein du musée. Ces dernières années, cette base documentaire a permis de constituer de nombreux dossiers sur l’origine d’œuvres individuelles ou d’ensembles de la collection.

De l’automne 2016 à la fin du mois d’août 2018, un projet soutenu par l’Office fédéral de la culture (OFC) a permis pour la première fois une réflexion approfondie sur la problématique complexe de la recherche de provenance. Dans ce cadre, une recherche a été menée pour déterminer l’origine d’environ 380 peintures et sculptures entrées dans la collection publique bâloise entre 1933 et 1945. L’évaluation et le regroupement systématique de toutes les sources disponibles permettent d’appréhender, dans son contexte historique, la politique en matière de collection menée à Bâle à cette époque sous l’égide des conservateurs Otto Fischer (1928-1939) et Georg Schmidt (1939-1962). Les résultats des recherches sont disponibles dans la collection en ligne. La liste ci-dessous offre un aperçu de l’ensemble des œuvres soumises à cet examen.

Pour l’année 2019 jusqu’en 2020, l’OFC nous apporte de nouveau un large soutien. Celui-ci permet d’une part d’étendre les recherches menées dans le cadre du projet mentionné ci-dessus aux peintures et sculptures acquises durant les années d’après-guerre (jusqu’en 1962). Un autre projet prévoit, d’autre part, de soumettre à un examen les quelques 2000 dessins du Kupferstichkabinett (cabinet des arts graphiques) entrés dans la collection entre 1933 et 1945. Pour ce faire, ces œuvres seront d’abord numérisées, grâce au soutien financier de la Fondation Karl et Sophie Bindung. Par la suite, la nécessité d’un examen approfondi de recherche de provenance sera évaluée. Les résultats de ces deux projets seront également publiés via la collection en ligne à l’issue des recherches.


Projet Recherche de provenance 2016-2018